La presse en parle – Auberge LA REGORDANE

TEL :+33-(0)4-66-46-82-88 ....................... FAX :+33-(0)4-66-46-80-30 RESERVATION

La presse en parle

Prévenchères

Auberge Regordane

L'ExpressVoilà une auberge de campagne comme on la rêve. Une très vieille maison de pierre, une cour fleurie, un accueil aussi discret qu’attentionné. Une salle de restaurant réchauffée par un feu de cheminée et où l’on sert une cuisine soignée. Des chambres sans prétention donnent sur le minuscule village fortifié de la Garde-Guérin… Plus qu’une halte, donc, dans ce hameau qui s’échappe sur des champs où paissent des moutons.
La Garde-Guérin, Prévenchères (Lozère), 04-66-46-82-88 et www.regordane.com. A partir de 53 € par personne.

© C. Martigny/Temps Machine pour L’Express

La Regordane et tous les charmes de l’auberge de campagne.

Article paru dans le magazine L’EXPPRESS le 20/07/06
http://www.lexpress.fr/region/chambres-de-charme_481402.html

 


Les villages chics – (Lozère)

La Garde-Guérin – Mille ans en arrière

Géraldine Battisti

Lorsqu’on quitte le Parc national des Cévennes pour dépasser le mont Lozère, la nature se fait soudain plus âpre, les châtaigners prennent des reflets mauves en attendant de retrouver leurs feuilles et le gris du granit vous donne un coup de froid. Saisi par le spectacle de cette splendide désolation, on en oublierait presque de faire une halte à La Garde-Guérin pour filer se réchauffer en Ardèche. On aurait tort : étrange hameau coincé entre La Margeride et les Cévennes, niché à 900 mètres en surplomb des vertigineuses gorges du Chassezac (400 mètres), La Garde-Guérin vous transporte plus de mille ans en arrière, quand les seigneurs pariers (communauté laïque de chevaliers indépendants) assuraient la protection des voyageurs et des marchandises sur l’antique et très fréquentée voie Régordane. Trente et une maisons aux toits de lauze, certaines ornées d’écussons, de portes voûtées et de fenêtres à meneaux, des ruelles pavées où coule encore la rigole qui jadis servait d’égout, un four à pain où reposent quelques cendres, et puis la citadelle, dont ne subsiste aujourd’hui que les remparts et la haute tour de guet… On jurerait que les garnisons ont à peine fui les lieux pour vous laisser seul seigneur du château. Tout autour, un paysage grandiose, sans que rien n’arrête le regard.

« Faites un tour complet sur vous-même, vous ne rencontrerez pas un seul obstacle », vante Pierre Nogier, l’un des deux patrons de l’élégante auberge Régordane. Oublié dans les années 60, le village a retrouvé vie grâce aux volontés de l’Etat et de l’association de sauvegarde de La Garde-Guérin. Aujourd’hui, il abrite une quinzaine d’habitants, attire les productions de cinéma – Christian Fechner en fit le décor de « Justinien Trouvé ou le bâtard de Dieu », en 1992 – et de nombreux visiteurs. L’été venu, les bruyères envahissent la lande et la vue est magnifique. Mais le mauvais temps ne saurait décourager les curiosités : le nez dans la brume, le village est encore plus envoûtant

La Garde-Guérin Se loger/se restaurer

L’Auberge Régordane : cuisine du terroir et chambres élégantes dans une très belle demeure seigneuriale datant du XVIe siècle. 160 euro la nuit. 04.66.46.82 88.

Article paru dans le magazine LE POINT LE 06/05/04
www.lepoint.fr